Communiqué des travailleurs sociaux et médico-sociaux, militants SUD, du Conseil Départemental du Nord

samedi 25 novembre 2017
par  Fédération Sud CT

Depuis plusieurs jours, dans la presse régionale, la parole est donnée à Jean René LECERF, président du Conseil Départemental du Nord, au sujet de la question des enfants "sans-papiers" séjournant dans le département et sur le coût qu’engendre leur mise en sécurité.

Nous travailleurs sociaux et médico-sociaux, militantEs du syndicat SUD, chargéEs d’exercer quotidiennement les missions de protection de l’enfance dans notre département sommes particulièrement outréEs par la brutalité des propos tenus par l’exécutif départemental.

Nous tenons à rappeler que le Département a pour première mission la Solidarité et la protection de l’enfance sur son territoire. A ce titre, il ne peut considérer la mise en sécurité d’enfants et de jeunes comme une variable d’ajustement comptable.

Il est inadmissible que le président du CD59 oppose la protection des "enfants nordistes" (comme il le dit) avec celle d’enfants dont la dénomination bureaucratique de "MNA" les placent dans une catégorie "à part", et tout en soutenant publiquement, lors de l’assemblée du Conseil Départementale du 13 novembre, les propos de Marine Le Pen !

A l’heure où de nombreux exécutifs départementaux se déchaînent sur les plus fragiles d’entre nous (enfants étrangers, bénéficiaires du RSA etc.).

A l’heure où le conseil départemental du Nord, par la voix de son président, fait part de ses fixations obsessionnelles concernant son obligation légale à prendre en charge les enfants en danger, qu’ils soient de nationalité française ou pas.

A l’heure où la surenchère droitière est telle que des lignes jaunes ont été allègrement franchies, La Fédération SUD Collectivités Territoriales a décidé de réagir, de replacer le débat là où il doit être, de resituer les responsabilités et surtout de dénoncer les discours infâmes et ignobles qui se tiennent et qui bafouent la totalité des valeurs qui structurent encore notre société, comme la solidarité.


Annonces

Mobilisatiuon du 1er juillet pour les EHPAD

La fédération Sud Collectivités Territoriales dépose un préavis de grève pour le 1er juillet 2019 de 00h01 à 24h.

Ce préavis concerne l’ensemble des personnels titulaires, stagiaires, contractuels et auxiliaires de la fonction publique territoriale et des établissements publics (y compris ceux présentant un caractère industriel et commercial) ainsi que les personnels titulaires et non titulaires de droit public exerçant leurs fonctions dans les sociétés anonymes et les établissements d’enseignement privé.

Ce préavis est destiné à permettre à tous-tes les agents-es de la fonction publique territoriale qui le souhaitent, de participer aux mobilisations et actions de grèves pour dénoncer les attaques contre la fonction publique et les services publics. Il a, notamment, pour but de dénoncer la situation des personnes travaillant dans des EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes)
Téléchargez le préavis


Préavis de grève du 1er au 31 juillet 2019

Services Publics Zone à défendre

Parce que la Fonction publique est garante de l’intérêt général au service de la cohésion sociale, parce que les moyens existent pour mettre en œuvre des orientations de progrès social pour toutes et tous, le syndicat SUD Collectivité Territoriales, constatant que nos positions ne sont pas entendues et que nos propositions ne sont pas prises en compte, appelle toutes et tous les agent.e.s de la Fonction Publique Territoriale à des journées de mobilisation. Ce mouvement s’inscrit dans le légitime combat contre les réformes menées par votre gouvernement concernant l’ensemble de la Fonction Publique. Ces réformes sont des attaques contre un service public de qualité et égalitaire, elles affaiblissent la démocratie de proximité, l’égalité de traitement de tou.te.s les citoyen.ne.s et ainsi portent atteinte aux conditions de travail et d’emploi des agent.e.s. C’est pourquoi la Fédération SUD Collectivités Territoriales dépose un préavis de grève pour chaque journée du 1er au 31 juillet 2019. Téléchargez les préavis