"Les libertés ne se donnent pas... elles se prennent" Pierre Kropotkine
  1. Accueil
  2. > Infos locales
Fédération SUD Collectivités Territoriales : Savigny-le-Temple : renforcement de l'armement de la police municipale

Savigny-le-Temple : renforcement de l’armement de la police municipale

Publié le 31 mars 2022

Savigny-le-Temple - Comité technique du 30 mars 2022

Nous avons pris connaissance “du renforcement de l’armement de la police municipale” par une note présentée au comité technique. Nous en sommes « surpris.es » car, à notre connaissance, aucun échange n’a été conduit avec les représentant.es du personnel, sur un sujet relevant, pour nous, d’une particulière importance. Nous regrettons cette façon de faire qui prive l’ensemble des agent.es d’un débat public très important. Nos collègues policier.es municipaux ne semblant pas avoir été plus concerté.es que nous.

La note présentée au comité technique soulève plusieurs questions. D’abord elle n’explique pas en quoi cet armement (pistolet + taser) est nécessaire aujourd’hui. Elle ne comporte d’ailleurs aucun élément d’analyse. Lorsque nous demandons à nos collègues policiers combien de fois ils ont utilisé leur matraque depuis qu’ils sont à Savigny, ils nous répondent jamais. De même alors que la ville a compté jusqu’à 12 policiers municipaux, elle n’en compte plus aujourd’hui que 4.
Laissez nous nous interroger sur la politique conduite, les moyens attribués.

Quel est donc le problème ?

LES MISSIONS DES POLICIER.ES MUNICIPAUX

Les dernières évolutions législatives liberticides, et notamment la loi dite de sécurité globale, conduisent l’Etat à se désengager de ses missions, sur les polices municipales comme sur la sécurité privée, dans le cadre de la théorie du “continuum de sécurité” matérialisée par un récent rapport parlementaire.

Ainsi, dans de nombreuses villes, nos collègues municipaux sont de plus en plus amené.es, en partenariat ou non avec la police nationale, à assurer des missions de maintien de l’ordre les mettant en danger.

SUD CT Savigny-le-Temple se positionne clairement en faveur du maintien des missions initiales de la PM agissant en proximité et au service de la population. Notre syndicat refuse l’évolution de la PM de tranquillité publique vers une police de sécurité publique, de maintien de l’ordre.

CONDITIONS DE TRAVAIL ET SECURITE DE NOS COLLEGUES

Sans argumentation et/ou preuves, la ville semble penser que l’armement de nos collègues PM les protègerait. Rien ne permet de l’affirmer. Ce que nous affirmons nous, c’est que cet armement les mettra en danger.

La note de présentation de la ville affirme, à juste titre que la collectivité doit prendre les mesures assurant la sécurité des agent.es ne. En quoi votre réorganisation le permet ?

Aucune étude ne semble avoir été conduite quant à la sécurité de nos collègues une fois armé.es. En conséquence, nous demandons une enquête du CHSCT sur l’impact de cette réorganisation du travail sur les conditions de travail de nos collègues PM, leur sécurité, avant toute décision et application.

INSECURITE ?

Le rapport 2019 du ministère de l’intérieur “Insécurité et délinquance en 2019 :

bilan statistique” indique relativement clairement que les chiffres ne permettent pas de mettre en évidence une explosion de la délinquance. Si ce n’est de la délinquance financière, celle des riches.
Nous sommes loin d‘une situation apocalyptique. Qu’en est-il à Savigny ? On n’en sait rien.
Ce qui croit fortement, c’est le “sentiment d’insécurité”.

INSECURITE SOCIALE PLUTOT QU’INSECURITE TOUT COURT

En réalité, ce qui croit fortement, c’est l’insécurité sociale. Augmentation du chômage, précarité grandissante, pauvreté, problématiques scolaires…

Et en face, ce qui décroit très fortement, ce qui est attaqué, déconstruit, supprimé, ce sont les outils notamment publics et les réponses à ses problématiques sociales. Casse de la prévention spécialisée et jeunesse livrée à elle-même, déconstruction de la santé mentale publique, déconstruction des politiques sociales départementales, suppression de postes à l’éducation nationale, destruction des RASED et de la santé scolaire préventive, politique du tout carcéral sans accompagnement qui conduit à toujours plus de récidives, dérégulation des temps de travail conduisant de nombreux parents à ne pouvoir assumer leurs responsabilités éducatives...

CES POLITIQUES SECURITAIRES ONT UN COUT ET SONT DANGEREUSES

Alors que vous ne cessez de nous parler des difficultés financières de notre collectivité, toutes ces politiques sécuritaires ont un coût : caméras, armement, voitures…

Ces politiques d’armement sont de plus dangereuses. Comme le notait Amnesty international dans un récent rapport, “Le Taser  : une arme parfois mortelle, qui ne doit pas être généralisée”, “l’utilisation en mode «  contact  » devrait être interdite car elle provoque une douleur d’une telle intensité qu’elle s’apparente à un acte de torture ou à un traitement cruel, inhumain et dégradant.” Et encore, “En novembre 2007, le Comité contre la torture de l’ONU a qualifié l’utilisation du taser de forme de torture, pouvant même provoquer la mort.”

Demain, nos collègues policier.es municipaux auront à faire à des habitant.es qui savent qu’ils sont armés. Nous craignons l’escalade. L’armement n’est pas fait pour dissuader, il conduit à être utilisé. Est-ce que la mairie assumera demain le fait qu’un.e habitant.es décède d’une intervention de nos collègues ? Et qu’en sera-t-il de l’impact psychologique sur ces dernier.es ?


Nous votons contre l’armement de nos collègues policier.es municipaux car :
  • il met en danger nos collègues,
  • il ne règle aucune problématique auquelle est confrontée notre société,
  • il est dangereux pour l’ensemble de la population, même “déviante”.

SUD CT 77 – 10 rue marceline leloup – 77176 Savigny-le-temple
Sudct77@gmail.com - @77sudct – sud-ct.org